​​Éco-anxiété

J’aide les personnes qui se sentent submergées par leur éco-anxiété. Comment gérer les émotions provoquées par la crise climatique ?

La question de l'environnement m’a énormément préoccupée depuis ma plus tendre enfance. Après mes toutes premières sensibilisations au sujet sur les bancs de l’école, je ressentais beaucoup d’incompréhension vis-à-vis de l’indifférence générale que je percevais autour de moi. Étant hypersensible, l'éco-anxiété n’a jamais cessé de résonner en moi. J’ai adopté un éventail de réactions très différentes au fil du temps : parfois indignée, d’autres fois apeurée, puis impuissante, adoptant parfois la stratégie de l’autruche pour me préserver.

 

Révoltée, j’ai ensuite adopté le végétarisme, débuté une vie associative et entrepris un mode de vie zéro-déchet en mettant la barre très haut, au point de m’épuiser et de m’en distancer. Une période de travail sur moi, de développement personnel, de formations en coaching, en hypnose ericksonienne et en pnl a suivi. C’est à cette époque que j’ai créé Un pas en avant pour aider les personnes qui, comme moi, sont hypersensibles, à gérer leurs émotions et se préserver.

 

Ces expériences m’ont permis de finalement tendre vers un nouvel équilibre dans ma façon d’aborder mon éco-anxiété et mes actions vis-à-vis de l’environnement. J’ai mis longtemps à comprendre que la gestion des émotions était un moteur important dans la façon dont les êtres humains abordent leur rapport à la nature.

 

Aujourd’hui, je réalise que l’éco-anxiété touche beaucoup de personnes qui la vivent mal, qui ne savent qu’en faire, ou qui s’épuisent dans le tristement célèbre « burn-out de l’activiste ». Certaines éco-émotions ont beau être désagréables, elles ont une utilité. Je souhaite aider les personnes qui ressentent de l'éco-anxiété à l’écouter et à la transformer en une énergie motivante, tout en s’écoutant et en respectant leurs besoins.

Cet article que j'ai publié sur mon blog hébergé par Le Temps explore plusieurs pistes pour gérer l'éco-anxiété.